Patois

Aus JuraSchweizWiki

Wechseln zu: Navigation, Suche

Inhaltsverzeichnis

Einleitung

Artikel

DJÂSANS PATOIS JURASSIEN: Les technologies du futur pour sauver la langue du passé

GM

Source: Le Quotidien Jurassien, jeudi 28 mai 2009, p. 4:

(Photo: C’était lors d’une fête des patoisants vadais à Delémont. Les jeunes sont sollicités pour garder la mémoire du patois. ARCHIVES ROGER MEIER)

Donner envie d’aller à la rencontre du patois. Donner le goût de comprendre ce qu’est cette langue dans notre patrimoine.

Tel est le but d’une nouvelle démarche initiée par le Département jurassien de la formation en collaboration avec la Fédération cantonale des patoisants jurassiens.

«Ce qui nous a convaincus, c’est l’idée de donner envie, de donner le goût du patois.» La ministre de la Formation Elisabeth Baume-Schneider est visiblement séduite par la démarche présentée hier visant à donner une nouvelle visibilité au patois jurassien. Il s’agit littéralement de construire un pont entre le passé et l’avenir, le passé étant en l’occurrence celui de la langue parlée autrefois dans notre région, l’avenir les nouvelles technologies.

Inscrit dans la Constitution

La sauvegarde du langage de nos aïeux est inscrite dans la Constitution jurassienne, a rappelé Maurice Jobin, président de la Fédération jurassienne des patoisants. Il estime le projet «motivant car porté par des personnes dynamiques et enthousiastes». Parmi elles, Agnès Surdez, coordinatrice du projet patois, et LouisJoseph Fleury, pour qui l’école jurassienne est en plein mouvement et bien placée du côté des technologies nouvelles. Pourquoi ne pas utiliser ces moyens du futur pour faire connaître le patois? Nous avons énormément de données écrites mais peu de sons, constate Louis-Joseph Fleury, engagé dans le groupe de référence patois. L’idée retenue consiste à envoyer les écoliers enregistrer des patoisants, des séquences qui iront sur le site internet http://www.djasans.ch.

«On a 700 reporters en puissance dans les écoles», a souligné Louis-Joseph Fleury. Le son enregistré sera toujours accompagné du texte écrit en patois et en français. Et avec l’aide de l’ordinateur et l’internet, on constituera rapidement un trésor «inouï», une démarche qui serait coûteuse si l’on payait une personne à plein temps pour le faire.

Le projet propose aussi des courses d’école «clé en main», a expliqué Agnès Surdez. L’offre démarrera en principe dès la rentrée d’août mais quatre classes sont déjà inscrites. Les courses scolaires sont proposées dans les trois districts. Elles permettront de découvrir le plateau de Pleigne et ses striflattes, le château de Porrentruy et le sabotier de Cornol, qui parle lui-même patois.

Le projet démarre à titre expérimental sur une période de deux ans et fera l’objet d’une évaluation. Il ne vise pas à faire apprendre le patois aux enfants mais à engranger des savoirs en voie de disparition rapide. Ces savoirs seront rapidement à disposition non seulement des Jurassiens mais du monde entier grâce aux nouvelles technologies.

COMMENTAIRE

La bonne démarche

Georges Maillard

Le patois, une langue morte? Les jeunes qui se voyaient proposer des cours facultatifs d’une langue qu’ils n’ont jamais entendue pouvaient le penser. Désormais, ils pourront découvrir une langue vivante, même si c’est celle de leurs aïeux. Les cours facultatifs proposés dès 1993 et relancés quelques années plus tard avec un coffret particulier n’ont pratiquement pas eu de succès. Cela a été relevé hier. La nouvelle démarche s’inscrit dans l’ère du temps, appuyée sur les nouvelles technologies. Tout ce qu’il faut pour capter l’intérêt des jeunes, la convivialité en plus, la rencontre entre générations pour découvrir une langue riche en sons, expressive à souhait. Il ne faut pas rêver: on ne va pas se remettre à parler patois. Mais on évitera la disparition complète de notre patrimoine linguistique, on aura plaisir même à le redécouvrir. Noble tâche: les reporters en herbe contribueront à sauver ce qui reste de la langue qui était la seule pratiquée dans nos campagnes il n’y a pas si longtemps. C’est aussi pour l’école une façon de se racheter. Autres temps, autres mœurs: au début du siècle passé, la mission confiée aux enseignants était d’imposer le français coûte que coûte. L’école faisait passer le patois de vie à trépas, aujourd’hui, elle s’efforce de sauver ce qu’il en reste.

Source: Le Quotidien Jurassien, jeudi 28 mai 2009, p. 4.


Source: LQJ jeudi, 28 mai 2009, p. 4.

Links

djâsans Patois jurassien

  • djâsans Patois jurassien http://www.djasans.ch
    • goodie Son (mp3 downloads), textes patois et français, toponymie et étymologie, glossaires (pdf) etc. Cf. djâsans/sitemap für Ueberblick [1]
  • Image du Jura (Pädagogisches Portal/Canton du Jura, Suisse) [2]
  • djâsans Stand 3. Dez. 2012 [3]

Vieux contes du Jura

Biblio

  • Bridel, doyen (=pasteur de Montreux): Glossaire du patois de la Suisse romande. Lausanne: Georges Bridel 1866(=Mémoires et documents publiés par la Société d'histoire de la Suisse romande.21) als pdf (Google Books)[6]
Persönliche Werkzeuge