Nachruf Jean-Marie Joset

Aus JuraSchweizWiki

Wechseln zu: Navigation, Suche

Bild:JosetJeanMarie.jpg




QUESTION JURASSIENNE

Le membre du FLJ Jean-Marie Joset n’est plus

Jean-Marie Joset, ancien commerçant à Rossemaison, s’est éteint dans sa 77e année, succombant à une pénible mala­die.

Ce fils d’une famille d’agriculteurs de cinq enfants, né à Courfaivre en 1932, a vécu un destin intimement lié à celui du Jura, pays qui lui collera à la peau, pres­que pour son malheur. Membre du FLJ (Front de libération du Jura), il paya son enthousiasme et ses excès patriotiques au prix fort, n’en retira aucune gratitude et en conçut, il faut bien le dire, un senti­ment d’injustice qu’il portait comme une blessure rémanente. Son combat patrioti­que, pour efficace qu’il fut dans le long chemin du futur canton, lui laissa plus d’amertume que de gloire.

Après avoir suivi sa scolarité dans son village, puis à Porrentruy, le jeune Jean-­Marie s’engagea aux PTT et travailla dans plusieurs offices, puis se familiarisa avec les langues étrangères à la faveur de plu­sieurs séjours à l’étranger.

Il faisait carrière à Barcelone lors­qu’une entreprise jurassienne l’appela à son service. Il y répondit : «Ce fut l’erreur de ma vie», nous avait-il avoué lors d’un entretien au printemps 2004.

On est en 1962 lorsque le canton de Berne fait apposer des écussons bernois sur tous les panneaux de villages. Une provocation qui le fait bouillir. Alors, avec un compagnon (Marcel Boillat), ils déci­dent de répondre à cette arrogance et se mettent à recouvrir, nuitamment, tous ces écussons du sigle FLJ. Puis ce sera l’affaire Berberat, puis le projet d’une pla­ce d’armes aux Franches-Montagnes. C’est l’escalade, le FLJ se met à incendier des fermes propriétés de la Confédéra­tion. La Question jurassienne prend du coup une visibilité internationale, Jean­-Marie Joset pense avoir l’approbation du peuple jurassien. Il déchantera.

Jean-Marie Joset se fera pincer, ou dé­noncer comme il le pensait plutôt, et sera jugé par le Tribunal fédéral en 1966. Il écopera de huit ans de prison. Il en fera presque cinq, qu’il mettra à profit pour entreprendre et obtenir une maturité commerciale.

Personnage brillant, sensible mais écorché vif, il vivait ses contrariétés com­me des iniquités et n’a jamais pardonné aux ténors de la Question jurassienne puis aux édiles du canton, le dédain dans lequel il pensait être tenu.

Puisse-t-il enfin y trouver la paix dans son nouveau pays.

JH

Zitiert nach: Le Quotidien Jurassien 9 févr. 2009. Hervorhebungen (nicht im Zeitungsartikel) im JuraSchweizWiki hinzugefügt

vgl. auch: Jean-Marie Joset Artikel online [1] vgl. auch: JSW-Seite Schwarzbuch: Gewalttätigkeit und Missachtung demokratischer Regeln in der Auseinandersetzung um den Kt. Jura / Berner Jura (in der Schweiz)

Persönliche Werkzeuge