Jean-Philippe Marti

Aus JuraSchweizWiki

Wechseln zu: Navigation, Suche

ÉLECTIONS À LA PRÉFECTURE: Jean-Philippe Marti élu haut la main

GRÉGOIRE GOGNIAT

Source: Le Quotidien Jurassien, lundi 18 mai 2009, p.12:

(Photo: Jean-Philippe Marti a été reçu par les autorités de Bévilard, en présence du maire Paolo Annoni, du conseiller d’Etat Philippe Perrenoud et du président du CJB Jean-Pierre Aellen ).

Jean-Philippe Marti (PSJB) a été élu hier préfet du Jura bernois, avec 68,5% des voix.

Il devance son adversaire, Claude Röthlisberger (UDC), par 7682 voix contre 3533.

Le taux de participation est particulièrement bas, s’élevant à 33,4%.

L’actuel préfet du district de Moutier savoure une large victoire, recueillant plus de voix que son adversaire dans pratiquement toutes les localités: à Moutier, il obtient 77,6% des voix, 66% à Saint-Imier et 74,7% à La Neuveville. Son résultat est aussi probant dans son village de Bévilard (71,4%), et s’offre même le luxe de battre son adversaire sur ses terres, à Reconvilier, où il obtient 64,4% des voix. Seules cinq communes ont donné leur préférence au président de l’UDC du Jura bernois.

«Je suis très heureux. On me prédisait un bon score mais j’ai toujours voulu rester prudent», déclare le vainqueur du jour, citant son expérience de la fonction pour expliquer sa victoire. «Cet excellent résultat me donne une légitimité qui me permettra de travailler plus facilement dans une période qui s’annonce difficile», précise Jean-Philippe Marti, en référence à la création du nouvel arrondissement du Jura bernois.

Claude Röthsliberger pas déçu du tout

Du côté des perdants, les mines ne sont pas non plus déconfites: «Je ne suis pas du tout surpris. J’avais au départ fixé la barre à 30%. Nous pouvons donc être satisfaits du résultat», déclare Claude Röthlisberger. «La préfecture n’a jamais été notre 0bjectif. Nous nous sommes lancés un peu par hasard et, vu le résultat, nous avons très bien fait».

Se targuant d’avoir réuni des voix au-delà de l’électorat de base de son parti, le candidat n’a pourtant pas séduit dans les bastions de tradition UDC. La faute, selon lui, au manque de visibilité de la fonction de préfet, qui peine à mobiliser l’électorat, et à la prime au sortant, dont aurait bénéficié son adversaire.

L’attitude du Parti radical, qui laissait la liberté de vote, at-elle joué contre l’UDC? «Vu le taux de participation, je ne pense pas qu’un soutien inconditionnel du PRD aurait assuré la victoire. En fait, le PRD nous facilite la tâche pour l’avenir, car leur choix nous permet d’être totalement libre en vue des élections de 2010, pour décider d’un éventuel apparentement», analyse Claude Röthsliberger.

Question jurassienne

Le président de l’UDC trouve aussi d’autres motifs de satisfaction: «Les milieux autonomistes ont soutenu ouvertement un candidat de Force démocratique. (n.d.l.r.: Le Parti socialiste autonome (PSA) appelait à voter Jean-Philippe Marti, membre du mouvement antiséparatiste) Ça prouve qu’il est possible de concilier deux fronts totalement opposés. Ça me réjouit beaucoup», précise aussi le perdant du jour. Un soutien logique, d’un parti de gauche à un candidat de gauche, estime de son côté Jean-Philippe Marti: «Je suis très heureux du soutien du PSA mais je tiens à dire que j’ai toujours été en accord total avec la ligne du PSJB sur la Question jurassienne», insiste-t-il.

Les deux adversaires s’accordent en tout cas sur un point: le taux de participation, de 33,4%, est franchement décevant pour une élection de cette importance.

Hier, en fin d’après-midi, Jean-Philippe Marti a pu savourer sa victoire: la Municipalité de Bévilard avait organisé une petite fête en son honneur, en présence du président du Conseil du Jura bernois, Jean-Pierre Aellen, du Conseiller d’Etat Philippe Perrenoud et d’une cinquantaine de personnes.

Persönliche Werkzeuge