Forstgesetzgebung/Législation forestière

Aus JuraSchweizWiki

Wechseln zu: Navigation, Suche

Inhaltsverzeichnis

Info

Artikel

Au fil du temps: 3 déc 1835 / Pugnacité - Rude bataille en 1835 pour la forêt jurassienne

Der Artikel gibt einen Einblick über das Forstwesen im Kt. Bern des 19. Jh.

1815 wurde das ehem. Fürstbistum Basel auf dem Wiener Kongress dem Kanton Bern zugesprochen. Die restaurative patrizische Herrschaft der Epoche der Restauration (1815-1830) wurde von der Regeneration (1830-1848) abgelöst, die eine demokratischere Verfassung brachte, gewisse Standesprivilegien beseitigte und das politische Uebergewicht der Stadt Bern über die Landschaft korrigierte. Die Integration des Juras als neuem Kantonsteil in den Kanton Bern führte zu Problemen. Ab 1830 konnte sich jedoch die einheimische Elite (nach der Entmachtung des Patriziates) an der Regierung und der Verwaltung beteiligen.

Le Quotidien Jurassien, jeudi 16 avril 2009, p. 17:

Avec 120 000 arpents (1) de forêts, le territoire annexé au canton de Berne en 1815 ne manque pas de bois. La population (2) consomme le produit de 60 000 arpents pour le chauffage et la construction, les forges brûlent le bois abattu sur 30 000 arpents, il reste 30 000 arpents pour le commerce. Pour contrôler l’exploitation, le Gouvernement bernois a édicté le 10 janvier 1823 une "Ordonnance forestière pour les bailliages du Jura", bientôt insuffisante. Le Jura ne trouve toujours pas son compte avec la "Loi forestière" du 10 décembre 1830, on réclame un véritable statut forestier. Au Grand Conseil bernois, le 3 décembre 1835, les partisans d’une législation cantonale unique menacent de ne pas entrer en matière. Xavier Stockmar bataille ferme.(3) «Les forêts sont une des principales ressources du pays, mais sous l’ancien gouvernement aristocratique il a peu profité de cette richesse. Pendant que les communes du haut canton avaient une certaine liberté forestière, les bailliages jurassiens étaient sous tutelle. Le commerce était entravé, l’exportation interdite, alors que nos voisins français nous offraient des prix élevés pour nos bois, nous étions condamnés à les laisser pourrir sur place.» Malgré toutes les attaques, Xavier Stockmar convainc la majorité. Mais passé le cap de l’entrée en matière, l’affaire n’est pas gagnée, il faut encore bagarrer article par article, contre la majorité qui aurait préféré un règlement pour l’ensemble du canton. C’est alors que survient à la rescousse le député alémanique Wilhelm Kasthofer, ingénieur forestier, dont la voix fait souvent autorité. La raison évidente, c’est que les forêts du Jura sont une bonne ressource pour la caisse cantonale, elles rapportent bon an mal an plus de 100 000 fr. ce qui est cinq fois supérieur au produit de celles de l’ancien canton. La cause est entendue, le Jura aura sa propre législation forestière.

(1) En mesure de Berne l’arpent vaut 34 ares. (2) 62'364 habitants au recensement 1831. (3) Bulletin du Grand Conseil bernois 1835.

Archives cantonales, Porrentruy.

Denis Moine

Source/Quelle: Le Quotidien Jurassien, jeudi 16 avril 2009, p. 17

Links

Bibliografie

Lesenswert/Lire

  • Fankhauser, Franz: Geschichte des Bernischen Forstwesens von seinen Anfängen bis in die neuere Zeit. Bern: Buchdruckerei Karl Stämpfli 1893. [mit ausführlicherer Beschreibung des Bernischen (und jurassischen) Forstwesens im 19. Jh. und eine "Etat sämtlicher bernischen Forstbeamten" (auch der jurassischen) als Anhang]
Persönliche Werkzeuge